Événements

Afficher les filtres

Catégories

Enlever les filtres
  • 08
    Mai 8, 2020

    Construire la paix et la sécurité - Appel inter organisations du 8 mai 2020

    16:35
    08/05/2020

    La grave crise sanitaire et économique mondiale provoquée par la pandémie de Covid-19 fait émerger une prise de conscience de l’interdépendance de nos sociétés. Les États européens qui ont tenté d’apporter une réponse individuelle à la crise n’ont eu d’autre choix que d’admettre l’urgence d’une coopération en matière de sécurité sanitaire. Seule une coopération régionale et internationale permettra une gestion effective de la pandémie.

    Au-delà de la lutte sanitaire contre le Covid-19, les défis à relever sont multiples et simultanés : soutenir les plus démunis, porter secours aux populations des pays dont les systèmes de santé ne peuvent lutter contre la pandémie et dont l’économie s’effondre, porter la recherche scientifique, mais aussi transformer cette crise en opportunité de faire évoluer nos sociétés et nos économies vers des modes de développement plus écologiques.

    La pandémie de coronavirus met aussi en lumière la faiblesse des États en matière de sécurité internationale et l’inadéquation des conceptions de la sécurité basée sur la force au détriment du droit et de la réalisation des droits humains. Combien paraissent scandaleux la poursuite des conflits locaux et internationaux ! Combien l’arme nucléaire, symbole ultime de la puissance étatique pour certains, apparaît vaine pour combattre les menaces du XXIe siècle !

    La garantie d’une sécurité internationale ne peut être assurée sans une élimination complète et négociée des armes de destruction massive. Il ne faut pas oublier qu’en France, la Loi de Programmation Militaire a alloué 37 milliards d’euros à la modernisation de l’armement nucléaire pour les années 2019 à 2025. Serons-nous assez insensés pour poursuivre cette gabegie ?

    Si l’idée qu’un “autre monde” est possible après la pandémie, ce dernier ne pourra se construire qu’en mettant fin à la course aux armements – qu’ils soient nucléaires ou conventionnels ; en réengageant un véritable processus de désarmement nucléaire multilatéral, progressif et équilibré ; en agissant pour convaincre les Etats-Unis et la Russie de proroger le Traité New START, qui avait pour but de contenir la course aux armements nucléaires entre ces deux pays et d’ouvrir la voie à de nouvelles réductions de leurs arsenaux.

    Le report de l’examen du Traité de Non-Prolifération à 2021 ne doit pas non plus constituer une aubaine politique pour un désengagement des États en matière de désarmement nucléaire. Rappelons que ce traité – auquel la France est partie depuis 1992 – prévoit dans son article VI l’élimination des armes nucléaires. Cet engagement doit être mis en œuvre par les États nucléaires, tout comme la signature et la ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). En signant puis ratifiant le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, la France donnerait un signal fort en faveur du désarmement nucléaire”.

    A l’heure où la pandémie est exploitée à des fins politiques par certains dirigeants pour remettre en cause le multilatéralisme, nous devons répéter qu’une solution à la crise ne pourra être trouvée que dans le cadre d’une coopération interétatique, dans le respect de la Charte des Nations Unies et s’appuyant sur les objectifs du développement durable (ODD), la culture de la paix et les accords de Paris sur le climat.

    Face aux replis nationalistes, nous appelons avec gravité à la réorientation urgente des priorités nationales et internationales, afin que s’engage la construction d’une sécurité commune et que s’instaure une véritable culture de la Paix.

     

    Organisations signataires

    AAN – MDV – Abolition des armes nucléaires-Maison de Vigilance

    ACDN – Action des citoyens pour le désarmement nucléaire

    AFCDRP – Maires pour la Paix, Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix

    AMFPGN – IPPNW France, Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire

    GRIP – Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité

    ICAN France (Campagne Internationale pour abolir les armes nucléaires)

    IDN – Initiatives pour le Désarmement Nucléaire

    LIFPL – Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté

    MAN – Mouvement pour une Alternative Non-violente

    Mouvement de la Paix

    Pugwash France – Personnalités des mondes universitaire et politique

    PNND – France,Parlementaires pour la non-prolifération et le désarmement nucléaire

    Télécharger: 2020-05-08_appel_unitaire_pour_la_paix_et_la_securite-2.pdf

    Crédit photo : Le dôme de Genbaku, mémorial de la paix d’Hiroshima (Licence Creative Commons)

     

  • 22
    Mai 22, 2020

    OTAN : à quoi sert le traité "Ciel ouvert" que Donald Trump veut quitter ? (RTBF La Première)

    Toute la journée
    22/05/2020

    Yannick Quéau a donné une interview, le 22 mai 2020, sur les ondes de la Première (RTBF) au sujet du retrait américain du traité Open Skyes.

    Lire l’article sur le site de la RTBF la Première ou en pdf ci-joint.

  • 25
    Mai 25, 2020
    Wing

    Enfants-soldats: 20e anniversaire du Protocole concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés

    Toute la journée
    25/05/2020

    War Is Not a Game La guerre n’est un jeu pour personne. Encore moins pour les centaines de milliers d’enfants recrutés par des forces ou groupes armés et utilisés à travers le monde comme soldats, cuisiniers, porteurs, espions, poseurs de mines antipersonnel, esclaves sexuels…

    Le GRIP et la plateforme WING (War Is Not a Game) célèbrent aujourd’hui le 20e anniversaire d’un Protocole qui prévoit l’interdiction de principe de recruter des personnes âgées de moins de 18 ans et de les faire participer aux hostilités : le “Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés“. Ce Protocole est ratifié par 170 États et pourtant l’utilisation d’enfants dans les conflits armés est la réalité dans de nombreux pays.

    En mars 2019, le GRIP et d’autres organisations (Croix-Rouge de Belgique, Justice et Paix, WAPA International, avec le soutien de la Délégué général aux droits de l’enfant) ont créé la plateforme nationale WING (www.wingplatform.be) qui a pour objectif de prévenir et mettre fin au recrutement d’enfants, de soutenir des programmes de désarmement, de démobilisation et de réinsertion, de sensibiliser l’opinion publique à la problématique des enfants soldats et de mener des recherches autour de cette problématique.

    WING appelle à l’universalisation du Protocole et à son respect effectif afin de permettre aux enfants d’avoir une enfance.

    Découvrez nos recommandations pour mettre fin au recrutement et à l’utilisation d’enfants soldats : likez nouvelle page Facebook WING !

    Les médias en parlent

    “Non, les enfants ne sont pas des soldats”. L’Avenir, 25 mai 2020.

     

  • 27
    Mai 27, 2020

    L'État-nation européen n'est plus à la hauteur de ses ambitions (L'Écho)

    Toute la journée
    27/05/2020

    Federico Santopinto  a publié une tribune dans l’Écho du 27 mai 2020, au sujet de la crise de l’État-nation européen et sur le projet d’intégration européenne. Lire la version numérique ou le pdf de la version imprimée

  • 28
    Mai 28, 2020

    Évolutions et défis du maintien de la paix dans l’espace francophone - Recueil de 20 publications de l'Observatoire Boutros-Ghali (2017-2020)

    Toute la journée
    28/05/2020

    Ce recueil est le fruit de trois années d’activités de l’Observatoire Boutros-Ghali du maintien de la paix. Lancé en 2017 par la France, l’Organisation internationale de la Francophonie, le Canada et la Belgique – et animé par l’équipe du Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP) – l’Observatoire est une initiative qui vise à renforcer les francophones dans les opérations de paix onusiennes.

    Vingt articles sont regroupés dans ce recueil, abordant différents thèmes liés au maintien de la paix, tels que les enjeux du dialogue triangulaire, ceux de la génération de force, la question de l’impact des opérations de maintien de la paix sur l’environnement ou sur l’économie locale ou encore le rôle des pays hôtes et des pays riverains dans le maintien de la paix.

    Si les sujets traités par ce recueil sont nombreux, l’objectif qu’il poursuit est unique : renforcer la contribution des francophones à la paix et à la sécurité internationale.

    Publications du recueil

    •  Contribuer  à la génération de force des OMP de demain – Fractures capacitaires et défis des pays contributeurs

    •  Appréhender les défis de la protection des civils

    •  « Action pour le maintien de la paix » : dernier avatar de l’éternelle réforme des opérations de paix de l’ONU

    •  Le renforcement  du déploiement de Casques bleus féminins : une longue et incertaine marche vers l’égalité des genres

    •  Vers une gestion responsable de l’environnement dans les opérations de paix

    •  L’exemplarité : une condition de la participation et du remboursement des États contributeurs de troupes dans les missions de paix

    •  Afrique de l’Ouest : faire de la prévention des conflits la règle et non l’exception

    •  Maintien de la paix : pour un dialogue triangulaire renouvelé en faveur de mandats performants

    •  Dialogue triangulaire et définition des mandats des opérations de paix : la longue quête

    •  Maintien et pérennisation de la paix : quelles conditions et stratégies de sortie des OMP ?

    •  Maintien de la paix et consentement de l’État hôte : une équation fragile

    •  Rôle des organisations régionales dans les processus de transition et de pérennisation de la paix

    •  Les opérations de paix du Maroc : un axe majeur de la politique extérieure du pays

    •  Maintien de la paix et développement économique : les incidences de la MINUSMA sur l’économie malienne

    •  Le rôle des opérations de paix de l’ONU dans les élections : les cas du Mali et de la RDC

    •  La Côte d’Ivoire  et les opérations de paix : profil d’un néo-contributeur

    •  Le Bénin  et le maintien de la paix : de la contribution aux OP à la construction des capacités endogènes

    •  Opérations de paix et retour d’expérience : l’exemple sénégalais

    •  Réussir la transition en RDC – Incidences de la réduction graduelle de la présence de la MONUSCO sur la phase de consolidation de la paix et recommandations

    •  L’implication des pays riverains d’un État hôte dans les opérations de paix onusiennes

S'abonner